Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ma galerie de peinture
  • Ma galerie de peinture
  • : Galerie virtuelle, présentation de peinture, aquarelle, pastelle.
  • Contact

Ce blog est une occasion de partager des moments de création avec vous. J’aimerais que vous me disiez ce que vous en pensez. Comme tous les artistes je suis bien seule face à mon travail, l’avis de l’amateur d’art ou d’un autre artiste me serait d’une grande utilité… Si l’échange fonctionne, nous pourrions dialoguer et nous enrichir mutuellement. L’art c’est avant tout une émotion partagée.

Si vous souhaitez réagir, contribuer ou acheter, deux possibilités :

-utiliser les « commentaires »

-envoyer un courriel : sylvettev@hotmail.fr 

Recherche

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 17:15

tasse et bouteille

 

 

La nature morte à la tasse


 

« Une authentique nature morte naît le jour où un peintre prend la décision fondamentale de choisir comme sujet et d'organiser en une entité plastique un groupe d'objets. Qu'en fonction du temps et du milieu où il travaille, il les charge de toutes sortes d'allusions spirituelles, ne change rien à son profond dessein d'artiste : celui de nous imposer son émotion poétique devant la beauté qu'il a entrevue dans ces objets et leur assemblage. » Charles Sterling, 1952

CQFD


 

Published by Sylvette Vinot - dans Peinture a l'huile
commenter cet article
15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 10:26
poisson.jpg

Cette hélice et bien attirante ! Le jeu consiste à passer dedans, le plus vite possible, sans se faire hacher menue, c’est un jeu de « con », mais, ça occupe le petit peuple. Evidement y a quelques morts, mais quelle « frime » pour la drague, les « poissonnes » ne résistent pas devant un tel courage, si tu réussis ta carrière est assurée. Tu peux aussi persuader ton copain de le faire, t’as ne chance sur deux d’être le vainqueur. A toi la gloire, le bon boulot et les nanas… Que le meilleurs gagne et mort aux autres.

C’est bizarre, mais ça me fait penser à quelque chose. Dans mon élément a moi, il existe aussi des jeux, très dangereux qui font pas mal de morts pour la gloire de quelques uns.

Published by Sylvette Vinot - dans Acrylique
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 10:28

Les cariatides

Le sculpteur avait regardé ces figures de femmes, vêtues de longues tuniques, que l'on place en guise de colonnes, soutenant un entablement sur la tête.

Il trouvait la torture bien sévère…

Il sortit les bustes de la matière et s’arrêta là. A quoi bon leur faire une tête, pour porter éternellement l’arrogance humaine. Non décidément, ces deux femmes resteront sans tête, et pourront choisir de ne pas être de simples « colonnes ».

Published by Sylvette Vinot - dans Peinture a l'huile
commenter cet article
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 10:38

Les trois Grâces, progéniture de Zeus, Euphrosyne, Thalie, Aglaé.

C’est trois femmes étaient elles d’une jalousie féroce, ne supportant aucune concurrence ?

Ou bien, représentent elles l’inquisition contre la beauté et le vie ?
La démarche reste la même, détruire l’autre.

Ou bien, c’est trois femmes représentent la mort et le jugement dernier ?
Et là ! C’est incontournable…

Published by Sylvette Vinot - dans Acrylique
commenter cet article
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 16:51

Le Masque prophète

"Il parut au milieu de ses partisans; Hakem n'avait rien perdu de son éloquence.
Son discours avait la même force ; il leur parla, et les convainquit qu'il ne
portait le masque que pour empêcher les hommes d'être éblouis par
la lumière qui sortait de sa figure. "
Published by Sylvette Vinot - dans Acrylique
commenter cet article
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 16:01

Cette peinture à une histoire très triste. J’avais une amie qui est morte le 22 Février 2007, cette amie s’est tuée en faisant une chute mortelle dans son escalier, elle s’est fracturé le crâne et a agonisé deux jours à l’hôpital, dans un coma irréversible. Cette amie était une sœur pour moi, son départ m’a laissé très pauvre et très démunie, notre amitié était profonde, son absence est un défi, un scandale, une erreur monumentale. Je suis très en colère, mais contre qui ? Contre son absence ? Contre tout ce que nous avions encore à faire, à dire, à voir, à aimer ? Contre le printemps qu’elle ne verra pas ? Contre les roses de son jardin qui vont pousser, sans les soins attentifs qu’elle leur prodiguait ? Contre la vie qui continue, comme si de rien n’était ?

Je cite ici l’écrit que m’a envoyé après avoir vu ce tableau, la femme qui partageait ça vie :

« Ce corps si beau, lumineux, éblouissant, comme dans l'aura du souvenir, "tel qu'en lui-même l'éternité le change", comme disait Mallarmé, mais aussi comme dans les flammes, mais aussi comme dans l'airain de la mort,, ... Et peu à peu envahi par la terre, recouvert de cendres... Et qui a encore un peu de vie, un peu de chair, un peu de sang qui s'enfuit par la brisure, vie qui reflue, qui palpite une dernière fois, dans ce bleu du ciel si implacable ».

Au revoir mon amie, tu nous manques, nous sommes si vides de ton départ.

Published by Sylvette Vinot - dans Acrylique
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 13:16

La paye des moissonneurs, de Léon Augustin Lhermitte (1882), c’est une peinture que j’ai vue au Mussée d’Orsay et qui m’a laissé un sentiment de beauté, de vérité, d’effort physique qui laisse fatigué mais heureux, du sentiment du travail bien fait. Le moissonneur du premier plan est serein, le maître paye le travail, on sent bien que c’est lui qui détient le pouvoir. Malgré leurs travails qui méritent salaire, ces gens sont humbles et soumis. La terre cette année est clémente, le blé abondant, le maître de bonne humeur.
Mais ces choses sont fragiles…

J’avais envie de refaire cette peinture qui est tellement belle.

Published by Sylvette Vinot - dans Peinture a l'huile
commenter cet article
30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 15:01

Je me fais une fois de plus le porte parole de ma « charmante maîtresse »…

Elle possède une connexion ADSL chez Orange pour pouvoir « bricoler » sur son blog et faire plein d’autres choses encore… Bon, si ça l’amuse… pourquoi pas, après tout pendant qu’elle fait ça, elle ne me fait pas tirer sa charrette et moi je coule des jours heureux dans mon pré.

Voilà toute l’histoire, qui pendant 3 semaines, la rendue quasiment « oin oin »… Et fort désagréable avec son entourage.

Un beau matin, elle se lève, comme d’habitude de charmante humeur, elle allume son ordi pour voir ses messages, la fréquentation de son blog et tutti quanti. Horreur !!! Point de connexion… D’Orange elle devient verte. Mais qu’est c’que je vais devenir… Elle bricole un peu son matos, mais ouitche, rien a faire, l’Internet est aux abonnés absents. N’ayant point fait polytechnique, ni une grande école d’informatique, elle appelle « l’assistance d’Orange », vous savez bien ces Dieux du net qui maîtrisent parfaitement ce sublime outil de communication.

 Et alors là, l’horreur commence…

Déjà pour pouvoir converser avec ses Dieux, il faut allonger les royalties, pis faut réussir à les joindre…Une bonne petite demi heure avant d’avoir le big conseiller… Enfin le voilà cet homme de l’art, il vous fait faire 2,3 manips assez périlleuses quant vous avez le téléphone dans une main et qu’il faut brancher ceci, débrancher cela, tout en gardant le contact avec le Dieux qui a un accent  « du Périgord » ou d’ailleurs, à couper au couteau. Bref après un bon ¼ heure de gymnastique acrobatique pour ne rien foutre par terre et ouvrir grande ses oreilles, activer ses neurones pour comprendre un langage que vous ne pratiquez pas de façon courante, le Dieu dit « il y a des travaux sur la ligne, ça va revenir dans quelques temps ». Pouvez pas le dire tout de suite… Enfin, vous êtes un peu rassurée… Y’a qu’a attendre.

Le lendemain matin toujours pas de connexion, Elle rappelle les Dieux, cette fois c’est une déesse au fort accent britiche, même cirque, après 20 minutes, cette fois c’est les filtres ADSL qu’il faut changer. Elle prend sa petite auto, court chez France Téléphone, fait la queue pendant une heure et revient fière comme un bar tabac. Elle change les filtres, mais ouitche ça marche toujours pas…Cette fois elle est rouge de colère…

Après 7 conversations hors de prix, un ulcère a l’estomac déclaré, et une humeur de dogue (moi c’est bien simple je me cachais au fond de mon pré), un Dieu, lui dit « Votre routeur et naze il faut le changer, un technicien va vous appeler pour vous donner un numéro, vous pourrez échanger votre routeur chez France Télécom ». Evidement le gars appelle pendant que ma mémére est absente. Oh rage, oh désespoir !!! Deux jours plus tard toujours pas d’appel, pourtant elle dormait, prenait sa douche avec son téléphone et ne mettait plus le nez dehors. De guerre lasse elle appelle le service commercial (toujours hors de prix). Une charmante déesse lui dit que c’est dans son dossier et qu’elle peut allez changer son bidule sans le numéro sésame. (Sans commentaires).

Ohé, ohé, brave gens la complainte de cette pauvre femme, qui depuis souffre d’une névrose et d’un ulcère à l’estomac. Bon, depuis sa bonne humeur est revenue, mais elle a des séquelles…

Pompon bougre d’âne.

21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 13:15

L’était pas fier le Charles Edouard (mon mouton de compagnie). C’est pourtant simple à faire, Je me mets à genoux, y me saute sur le dos, je me relève, bon d’accord, là il y a un moment délicat, après fastoche. Il était tellement détendu, qu’il me bouffe « le poil sur le dos », alors que normalement, ce sont les moutons qui se font bouffer « la laine sur le dos », faut dire mes braves gens qu’on vit une drôle d’époque… On sait plus très bien qui bouffe quoi…

Pompon, bougre d'âne.

20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 13:34

La légende poétique du cheval Camargue.

Bien des récits circulent qui disent son origine marine. Un homme poursuivi sur la plage des Saintes-Maries par un noir taureau et n'ayant d'autre échappatoire que la mer, fut sauvé par un étalon tout droit sorti de l'écume de la mer, qui lui dit: " Je ne serai jamais ton esclave, mais ton ami ". Et l'homme, durant trois jours, dressa l'étalon qui devint son meilleur compagnon.

Published by Sylvette Vinot - dans Acrylique
commenter cet article